Méthodes d’anglais ou Globish : astuces pour voyager Reviewed by les1001vies on . [caption id="attachment_3194" align="alignleft" width="600"] Méthodes d'anglais ou Globish : astuces pour voyager[/caption] Tout le monde pense que l'Anglais es [caption id="attachment_3194" align="alignleft" width="600"] Méthodes d'anglais ou Globish : astuces pour voyager[/caption] Tout le monde pense que l'Anglais es Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Accueil » Méthodes d’anglais ou Globish : astuces pour voyager

Méthodes d’anglais ou Globish : astuces pour voyager

Méthodes d'anglais ou Globish : astuces pour voyager

Méthodes d’anglais ou Globish : astuces pour voyager

Tout le monde pense que l’Anglais est la langue indispensable entre toute pour pouvoir voyager sur la planète terre. C’est faux. En fait ce sont surtout les anglophones qui pensent cela et qui essaient de nous le faire croire. C’est faux parce que le langage universel par lequel essaient de communiquer deux individus venus d’horizons linguistiques complètement opposés n’est pas l’Anglais. Si tel était le cas, un texan, un écossais, un australien et un sujet de sa Méthodes d'anglais ou Globish : astuces pour voyager. Echangermajesté devraient parfaitement bien se comprendre au cours d’une conversation en Anglais alors que ce n’est pas le cas. Ils se comprennent parce qu’ils utilisent un dialecte qui emprunte beaucoup de vocabulaire à l’Anglais mais ce n’est pas de l’Anglais. Ce que nous avons personnellement vécu en Indonésie est très représentatif de la façon dont des personnes venues de pays différents et avec des niveaux très variés de pratique d’une langue ou d’une autre peuvent communiquer. Dans une même phrase, même si le socle commun reste l’Anglais, peuvent être utilisés des mots, des expressions, en allemand, en indonésien, ou par exemple en espagnol. Tout simplement parce que les gens utilisent ce qu’ils ont à leur portée pour se faire comprendre.

Jean-Paul Nerrière, un ingénieur de l’Ecole Centrale de Paris qui fut vice-président d’IBM aux Etats Unis a étudié le sujet et en a tiré une méthode : le Globish.

Apprendre le Globish

Jean-Paul Nerrière, auteur de la méthode précise (citation) :

« Lors d’une réunion en anglais avec des intervenants dont l’anglais n’est pas la langue maternelle, tout le monde se comprend correctement dans un anglais basique mais efficace. Mais lorsque des anglophones natifs se mêlent à la conversation, les échanges diminuent, la compréhension est Méthodes d'anglais ou Globish : astuces pour voyager. Le Globishmoindre et plus personne n’ose s’exprimer, de peur de faire des fautes et d’être ridicule. Même pire, certains n’osent pas contredire les anglophones ou demander de répéter, toujours à cause de ce sentiment d’infériorité linguistique. C’est un gros problème pour les anglophones natifs… En fait les anglophones natifs ont beaucoup plus de mal à se faire comprendre par les autres, car ils ont un anglais trop riche pour les non natifs, et ne sont souvent pas habitués à parler avec des étrangers (reformulation, expression simple, etc).

Heureusement, les anglophones natifs sont largement minoritaires (seulement 12% de la population mondiale), et l’anglais actuel, utilisé sur Internet ou dans le commerce international n’a plus grand-chose à voir avec l’anglais de Shakespeare (ou même celui qu’on essaye tant bien que mal de nous apprendre à l’école). C’est devenu une langue utilitaire, technique, sans style et sommaire. Cette langue n’est pas destinée à la culture, ni à l’écriture de roman littéraire, elle est juste destinée à être efficace pour les communications mondiales.

Jean-Paul Nerrière, en contractant global et english a donc imaginé le mot Globish que nous vous présentons ici au travers de quelques extraits du livre « Apprenez le Globish » :

Méthodes d'anglais ou Globish : astuces pour voyager. Jean Paul Nerrière« Le Globish est un outil de communication globale, qui a pour but l’efficacité et dont on apprend rapidement à se servir, ou que l’on connaît déjà grosso modo, en général médiocrement ! C’est une forme d’anglais tactiquement allégée, riche de seulement 1500 mots, à prononcer de manière compréhensible, sans rêver d’imiter à la perfection les Anglais ni les États-uniens. Le globish ne veut en aucune façon être assimilé à une langue : une langue, c’est le vecteur d’un patrimoine, l’ADN d’une culture. Notre ambition est de vous amener au niveau requis par le globish : un niveau tout à fait suffisant pour conduire des échanges, comme femme ou homme d’affaires et comme touriste, dans n’importe quel pays du monde. Vous serez alors « ambilingue ». Cependant, retenez que quand votre prononciation en globish sera convenable, vous saurez également prononcer l’anglais comme dans sa version authentique.

Le gouvernement du Québec estime qu’en classe d’immersion, le français s’apprend en 1200 heures intensives. Notre élève du secondaire bénéficie de 700 heures de cours d’anglais. Vous imaginez les insuffisances post-baccalauréat… Pourtant, l’anglais est une langue bien plus simple que la nôtre. Méthodes d'anglais ou Globish : astuces pour voyager. La méthode GlobishLe globish, sa variante expurgée à dessein pour former le dialecte planétaire du troisième millénaire, s’acquiert en 182 heures d’étude bien appliquée : il suffit de suivre les vingt-six étapes développées dans ce livre, soixante minutes par jour pendant six mois. Les méthodes qui vous promettent l’anglais en moins de 700 heures vous leurrent. Celles qui vous garantissent que vous l’apprendrez par le seul truchement du divertissement se moquent de vous. L’option ludique ne sera pas méprisée ici, mais un minimum de labeur est nécessaire. En outre, seul le rationnement délibéré et réfléchi du globish peut vous mener à un résultat satisfaisant en ménageant vos efforts : nous vous proposons donc 182 heures d’étude assidue. Vous ne serez peut-être pas irréprochable en anglais, mais universellement efficace en globish.« 

Ce que Thierry en pense :

Méthodes d'anglais ou Globish : astuces pour voyager. Thierry

.

« En immersion à l’étranger j’ai vite constaté que l’anglais n’est pas la première langue parlée dans le monde mais que c’est bien un autre langage tel que le décrit JP Nerrière, sous le terme de Globish.

Cette méthode possède ses détracteurs mais en ce qui me concerne, je l’ai testé et j’en suis satisfait.

A l’heure de la rédaction de cet article j’ai mis le voyage en mode pause pour rentrer en France. J’ai stoppé mon étude du Globish mais je souhaite la reprendre car cette méthode me correspond bien ».

.

Apprendre avec ASSIMIL.

La méthode d’apprentissage des langues ASSIMIL est certainement celle qui est la plus connue et la plus utilisée par les globe-trotters. Les raisons de ce succès sont dues en partie à un marketing qui annonce beaucoup de promesses, à un site Internet bien travaillé, à une large gamme de produits développés et déclinés sur une gamme tout aussi variée de langues disponibles.

Méthodes d'anglais ou Globish : astuces pour voyager. La méthode AssimilLa méthode se compose d’un livre avec une centaine de leçons, de plusieurs CD audio réalisés par des locuteurs professionnels. Les enregistrements sont aussi disponibles au format mp3. Le principe d’apprentissage proposé est celui de « l’assimilation intuitive » qui se réalise en deux phases dites « phase passive » et « phase active »

« Comment avez-vous appris à parler ? En fait, vous ne le savez pas vous-même. Vous avez écouté, compris progressivement vos parents et, peu à peu, après avoir assimilé la signification des sons, puis des mots, puis des associations de mots, vous vous êtes lancé et avez commencé à émettre des sons, des mots, des phrases. C’est ce processus évident qu’Assimil applique en l’adaptant, bien sûr, à l’intelligence de l’adolescent ou de l’adulte. »

Le résultat promis et contesté par certains utilisateurs avertis comme Fabien sur son blog « Voyage au bout de la langue » est celui de la conversation courante utilisant entre 1500 et 2000 mots, acquise « sans peine ».

Ce que Valérie en pense :

Méthodes d'anglais ou Globish : astuces pour voyager. Valérie« En ce qui me concerne, j’ai surtout utilisé Assimil en Indonésien, en complément à des cours particuliers avec un professeur.

Côté pratique, les leçons sont sur la page de gauche et leurs traductions sur la page de droite. Les dialogues permettent l’apprentissage de la structure des phrases indonésiennes. Il y a une retranscription des sons de la langue sous les dialogues et un CD pour la phonétique. Des exercices sont proposés pour entériner l’apprentissage et des révisions régulières sont disponibles afin de savoir si on a bien maîtrisé les leçons.

Inconvénients : les textes ne sont pas en corrélation avec les échanges réels de la vie de tous les jours et ne sont pas très passionnant. Ce qui enlève de la motivation avec le temps…. »

 Des applications gratuites que nous apprécions particulièrement :

MOSALINGUA
HELLO HELLO
MINDSNACKS
DUOLINGO
CONVERSATION DE VOYAGE

Le mot de la fin : nous ne recommandons une application ou des méthodes en particulier. D’une part, vu nos connaissances en la matière, nous serions mal placés pour le faire et d’autre part nous pensons que c’est à chacun de découvrir le ou les outils qui lui conviennent le mieux. Nous avons développé un peu plus le sujet sur le Globish car c’est une approche unique dans la sphère d’apprentissage des langues.

Merci d’avoir lu cet article intitulé : Méthodes d’anglais ou Globish : astuces pour voyager. Lisez les articles suivants dans la rubrique « Rebondir ».

Réagissez à cet article, postez un commentaire tout en bas de la page

Mots clefs qui ont permis aux internautes de trouver cet article:

  • globish english pdf
(Visited 607 times, 2 visits today)

Poster un commentaire sur Facebook

Commentaires Facebook

A propos de l'auteur

Rejoignez-moi sur mon profil Google+

Nombre d'entrées : 92

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Translate »
Retour en haut de la page