Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki Reviewed by les1001vies on . [caption id="attachment_7707" align="alignleft" width="599"] Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki[/caption] C'est au festival d'Avignon que nous avons [caption id="attachment_7707" align="alignleft" width="599"] Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki[/caption] C'est au festival d'Avignon que nous avons Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Accueil » Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki

Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki

Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki

Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki

C’est au festival d’Avignon que nous avons croisé le surprenant « Food Bike » de Laetitia et Ching Wei.
Curieux, intrigués, nous avons voulu connaître leur histoire et nous leur avons donc posé quelques questions.

Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki. Ching Wei et LaetitiaFiche d’identité

Noms : Laetitia de La Brosse et Ching Wei Chang
Nationalités : française et taïwanais
Ages : 25 ans et 27 ans
Domicile : itinérants dans le Vaucluse
Activité : aide cuisinière et chef cuisinier d’Obanyaki
Passions : la nature, la danse, la découverte, la méditation…

Laetitia :

je suis curieuse de ce qui m’entoure et sensible aux souffrances et aux joies de ce monde. J’aime aider et partager avec les autres vies. Ching Wei, quant à lui, est quelqu’un de très souriant, de déterminé et il est surtout « conscient ». Nous nous sommes rencontrés au bout du monde. Nous sommes en couple depuis plus de 2 ans avec notre petit garçon de 19 mois.

Une confidence pour « Les 1001 vies »?

« Mêler travail et famille n’est pas toujours facile, mais cela est évident pour nous de le faire. Nous ne pouvons pas concevoir de travailler chacun de notre côté et de confier l’éducation de notre fils à quelqu’un d’autre. »

Quelle est l’histoire de votre « petite entreprise vegane » ?

Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki. LaetitiaLaetitia raconte :

à mes 21 ans, j’allais « enfin » passer mon bac professionnel. Je souhaitais devenir technicienne lumière dans le spectacle vivant. Dans le même temps, j’ai réalisé que le monde, en moi et autour de moi, manquait d’authenticité, de justice, d’égalité, d’amour… J’ai d’abord voulu développer des fermes locales et plus éthiques. J’avais le projet de créer une ferme en permaculture et je suis partie en Australie pour apprendre à me former en faisant du Woofing et aussi pour me retrouver. J’ai travaillé dans des fermes (Woofing, Helpx) et j’ai finalement entrepris un périple à vélo à travers le pays.

C’est au cours de ce voyage que j’ai rencontré mon compagnon qui était vegan. Je suis devenue moi aussi vegan peu après notre rencontre, d’une évidence soudainement incroyable. J’ai réalisé à quel point l’alimentation avait un impacte sur nous, sur les autres êtres humains et non humains, sur l’environnement. Aujourd’hui, je veux apporter ma contribution en développant une restauration plus éthique. Nous avons donc pensé ensemble à nous lancer dans la restauration vegan, naturelle et souvent sans gluten car c’est une offre qui fait encore défaut, surtout en France!

Obanyaki

Notre Food Bike « Ooh la la oban yaki », c’est un comptoir original et attractif, réalisé sur 2 remorques à vélos. Nous l’avons inauguré en 2015, au marché des artisans du festival d’Avignon pendant 3 semaines. Nous y cuisinons une spécialité Japonaise appelée «Obanyaki» ou « Imagawayaki« . Aussi populaire à Taïwan on les appelle là bas « Wheel cake » ou « Red bean cake ».

Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki. Ching Wei et Laetitia en famille

Cette spécialité culinaire se prépare en plusieurs étapes sur une plaque en cuivre moulée et chauffée au gaz. Tout d’abord on verse une pâte, type pancake, dans la moitié des moules. Ensuite on y pose la ou les différentes garnitures, on verse la pâte sur l’autre moitié des moules avant de faire cuire. Quand la cuisson est presque terminée, on retourne les premiers pancakes garnies. Sur les autres moitiés et à la fin on utilise un fer à marquer sur le dessus pour y poser notre signature.

Traditionnellement, la garniture est la confiture de haricots azukis mais nous avons choisi de proposer en plus d’autres garnitures sucrées et salées. Par exemple : chocolat, gelée de citron, ratatouille avec des olives noire, curry d’aubergine au lait de coco…

aux fourneaux

Nous réalisons la pâte avec plusieurs farines : 50% farine de pois-chiche et farine de riz et 50% farine de blé (Nous faisons la pâte sans gluten sur commande). Nous utilisons des ingrédients bios et 100% végétal, nos obanyakis sont donc végétaliens et naturels.

Qu’évoquent en vous ces 3 sujets :

Voyager :

Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki. VoyagerLaetitia : comme je l’ai évoqué brièvement juste avant, je suis allé en Australie, mais j’ai surtout voyagé lorsque je suis partie à vélo toute seule sur la Stuart Highway d’Adelaide à Darwin en passant par Uluru et Kings Canyon. Un voyage empreint de remises en questions sur le monde qui nous entoure et sur moi-même. Mais surtout, un voyage qui m’a apporté des réponses tout au long du chemin. Et puis bien sûr plein de belles rencontres et de partage. En passant, j’ai écrit un blog, en Anglais, sur ce voyage à vélos : Taste of freedom (treckonabicycle.blogspot.com)

Ching Wei : pour moi, voyager c’est aussi se retrouver seul, apprendre à vivre en paix avec soi-même et expérimenter.

Changer de vie :

Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki. Changer de vieLaetitia : devenir maman ma changer la vie, surtout avec un père Taiwanais… Moi qui pensais que je ne prendrais plus l’avion quand je voyageais à vélo ! Et puis je me retrouve avec une culture différente dans ma vie, à apprendre et à accepter tant de choses. Je ressens ma vie en accéléré avec cette nouvelle famille et cette entreprise qui se sont créées soudainement.

Ching wei : changer de vie c’est s’éveiller, devenir conscient de tout ce qui nous entoure. C’est l’illumination.

Végétarisme :

Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki. VégétarismeLaetitia : je n’ai pas toujours été végétarienne, et même si mon frère l’a été pendant un an ou deux, je n’avais jamais vraiment réfléchie au sujet. Je ne m’intéressais qu’à la condition animale sans passage à l’acte jusqu’à ma rencontre avec mon compagnon. Il m’a parlé du mode de vie vegan et j’ai réalisé que si je voulais être cohérente avec ce que je ressentais pour les autres êtres vivants humains et non humains, la meilleure façon de les aimer et de les respecter c’était le veganisme.

Ching Wei : le véganisme, c’est considérer les autres êtres vivant, minimiser les blessures et les souffrances sur cette planète.

Où vous trouver ?

Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki. Sur les marchésNous avons démarré ce projet grâce au marché des artisans du festival d’Avignon au mois de juillet 2015. Ensuite, après plusieurs refus d’emplacement sur Avignon, nous avons investi dans un camping-car avec plateforme à l’arrière pour installer notre comptoir sur les marchés de Provence, du Gard et de l’Hérault. Selon la saison, nous sommes tantôt sur les marchés, tantôt sur des festivals. Parfois nous allons aussi sur des emplacements privés comme les parkings de magasins Bio dans le Vaucluse. Pour être sur de nous trouver, et pour passer des commandes voici nos coordonnées :

Tel: 07 81 94 00 13
Mail : ohlalaobanyaki.contact@gmail.com
Page Facebook : https://www.facebook.com/Oohlalaobanyaki

Merci d’avoir lu notre article : Un Food Bike provençal et vegan nommé Obanyaki. Nous vous proposons de découvrir d’autres articles sur la restauration végétarienne ici. Toutes nos photos de voyages dans cette Galerie.

Réagissez à cet article, postez un commentaire tout en bas de la page

(Visited 524 times, 1 visits today)

Poster un commentaire sur Facebook

Commentaires Facebook

A propos de l'auteur

Rejoignez-moi sur mon profil Google+

Nombre d'entrées : 86

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Translate »
Retour en haut de la page