Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole? Reviewed by les1001vies on . [caption id="attachment_3508" align="alignleft" width="600"] Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole?[/caption] Pas de visa, pas d'entrée La [caption id="attachment_3508" align="alignleft" width="600"] Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole?[/caption] Pas de visa, pas d'entrée La Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Accueil » Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole?

Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole?

Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole?

Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole?

Pas de visa, pas d’entrée

La règle est simple : pour débarquer sur le sol indonésien et donc à Bali, il faut obtenir et présenter un visa de séjour dès votre arrivée. Par contre quand il s’agit de savoir quel type de visa pour Bali vous avez besoin ça se complique un Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole? Do not enterpeu… L’ambassade d’Indonésie en France offre un outil pratique en ligne sur son site Internet pour déterminer de quel type de visa vous avez besoin et quelles sont les formalités en rapport. Nous sommes tout de même un peu méfiant sur la mise à jour des données, ce qui est compréhensible car les règles peuvent parfois changer souvent et/ou rapidement… Nous vous donnons donc les grandes lignes des informations en notre possession à ce jour. Nous vous engageons à les vérifier auprès des administrations compétentes car le gouvernement actuellement en place a décidé de changer les règles. Dans les commentaires en bas de cet article vous trouverez des contributions indiquant les dernières infos en matière de visas.

La Gazette de Bali consacre d’ailleurs un article à ce sujet dans son édition de février 2015 : « Sans doute afin de mieux se protéger contre la main d’œuvre étrangère dans un pays où 79% de la population active n’a pas de qualification professionnelle (selon l’Agence nationale des statistiques BPS), le gouvernement indonésien va changer la législation sur les permis de travail accordés aux étrangers. La prochaine ouverture du marché du travail dans l’ASEAN cette année y est certainement pour quelque chose… Tout d’abord, les secteurs visés sont Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole? La gazette de Bali février 2015les suivants : service, commerce et consulting. Les nouveaux demandeurs de KITAS se verront délivrer des permis de travail valables six mois uniquement sauf s’ils peuvent prouver qu’ils ont au moins cinq ans d’expérience professionnelle dans leur domaine et le diplôme adéquat. Auquel cas, ils recevront une recommandation pour obtenir un KITAS valable un an. Les positions managériales comme le poste de directeur ne subissent aucune modification et gardent leur durée d’un an. Ces dispositions décidées en 2012 sont applicables sans plus de délais, affirme-t-on.

Ce n’est pas tout, à l’initiative du nouveau ministre du Travail Hanif Dhakiri, les prétendants étrangers à un emploi en Indonésie devront très bientôt passer un test d’indonésien langue étrangère en préalable à l’obtention de leur permis de travail. L’examen est actuellement en phase de développement par le ministère et l’université indonésienne. « Nous espérons que cette modification sera finalisée en février afin de pouvoir mettre en place cet examen de langage pour les travailleurs étrangers immédiatement », a expliqué le ministre à l’agence de presse Antara« 

A noter : actuellement les visas sont utilisables jusqu’à 90 jours après la date d’émission et n’autorisent pas à travailler ni à percevoir un salaire sans posséder une autorisation de travail (KITAS ou KITAP).

Le visa touriste

2 possibilités :

Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole? Visa touriste Première possibilité : en faire la demande avant le départ à l’ambassade d’Indonésie à Paris ou au consulat général d’Indonésie à Marseille. Prix : 50€, pour un séjour autorisé de 60 jours maxi. Il faudra présenter le billet d’avion aller-retour (ou attestation du voyagiste ou preuve de la réservation), une photo d’identité couleur plus un justificatif de domicile si vous avez un passeport européen. Une préinscription se fait en ligne.

Seconde possibilité : le prendre à votre arrivée à l’aéroport de Denpasar. Prix : 35 dollars US pour un séjour de 30 jours, renouvelable une fois. Le visa à l’arrivée n’est pas délivré pour les possesseurs de passeport d’urgence (ils doivent obligatoirement le demander en France avant de partir).

Dans tous les cas le passeport doit comporté une date d’expiration supérieure de 6 mois à la date d’entrée en Indonésie et avoir encore assez de pages vierges pour être tamponné. Si ce n’est pas le cas vous risquez de repartir illico sans passer par la case séjour… ou de vous en sortir avec une forte amende et un gros bakchich!

Le visa étudiant, stagiaire ou chercheur

Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole? Visa étudiantIl est valable 2 mois, coûte 50€ et peut être renouvelé 4 fois maximum, auprès de l’immigration indonésienne pour une durée d’un mois. Le séjour sur place pourra donc être, au plus, de 6 mois.

Il faut en faire la demande avant le départ à l’ambassade d’Indonésie à Paris ou au consulat général d’Indonésie à Marseille.

En plus des pièces à présenter pour le visa touriste il faudra fournir : une photocopie de la convention de stage entre les deux organismes (ou une copie d’une lettre de mission de l’organisme français) + une lettre d’invitation de l’organisme indonésien + une preuve que tous les frais de stage ou d’études ont été payés à l’avance.

Une fois le dossier monté, il faudra l’adresser au Bureau de l’Immigration de Jakarta qui délivrera un KITAS ou refusera la demande.

Le visa bénévole, socio-culturel (sosial budaya)

Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole? Lettre de parrainage Il est accordé pour une visite à des amis, un soutien bénévole à des associations, une participation à des projets éducatifs et/ou culturels, touristiques etc. La démarche, le tarif, les conditions de durée et de délivrance sont les mêmes que pour le visa études. Il faut présenter, en plus, une lettre de parrainage émanant d’un citoyen indonésien et quelques documents supplémentaires (se renseigner à l’ambassade).

.

Autres visas

Visa affaires (business) :

Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole? Le visa businessCe visa autorise soit une entrée unique soit des entrées multiples pour des activités professionnelles et/ou commerciales sans possibilité de recevoir de rémunération d’une entreprise locale. Ce n’est donc pas un visa travailleur. Ce type de visa est surtout utilisé dans le cadre d’un détachement ou d’un déplacement pour votre entreprise basée en France. Se renseigner des formalités à l’ambassade.

.

Kitas ou Kitap :

Ce sont des permis de séjour qui autorisent à  » target= »_blank »>exercer une activité professionnelle rémunérée par une entreprise indonésienne et qui donne accès à un visa. C’est aussi ce qu’on appelle le visa travailleur. Le KITAS permet d’obtenir une carte de séjour d’un an. Il faut pour cela, être salarié d’une entreprise indonésienne ou d’une personne morale et être en règle avec l’immigration qui délivrera une autorisation. Le KITAS peut être renouvelé 4 fois et coûte environ 1200 dollars + des frais de dossiers variables selon votre ou vos intermédiaires administratifs. La prise en charge de ces coûts peut être assumer par l’entreprise,  » target= »_blank »>selon les accords de votre embauche. Les conjoints peuvent également demander un KITAS sans pour autant avoir de travail et les coûts seront moins importants.

Le KITAP s’obtient lorsque le KITAS a été renouvelé pour la dernière fois. Il est plus confortable car il permet d’acquérir un titre de séjour de 5 ans reconductibles. Là aussi les coûts sont moins importants.

Visa retraité :

 » target= »_blank »>si vous avez au moins 55 ans (âge légal de départ en retraite dans le pays) et que vous n’avez pas l’intention Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole? Le visa retraited’exercer une activité professionnelle sur le territoire indonésien, vous pouvez prétendre à obtenir le KITAS Lansia, visa retraité. Le visa long qui accompagne ce permis de séjour est d’une durée de un an et il est renouvelable 5 fois. Si vous restez en Indonésie à l’issue de tous ces renouvellements vous obtiendrez alors un visa permanent. Il vous sera demandé de justifier, entre autre, de votre engagement à louer ou acheter un logement, à embaucher au moins un(e) pembantu (employé(e) de maison) , à percevoir un minimum de revenus mensuels de 1500 USD. Vous devrez aussi fournir des copies de vos différentes assurances et autres documents administratifs.

Merci d’avoir lu cet article au sujet de : Visa pour Bali : travailleur, étudiant, retraité, bénévole? Vous pouvez également lire notre article sur séjourner à Bali.

Toutes nos photos de Bali sont dans cette Galerie.

Réagissez à cet article, postez un commentaire tout en bas de la page

(Visited 3 391 times, 1 visits today)

Poster un commentaire sur Facebook

Commentaires Facebook

A propos de l'auteur

Rejoignez-moi sur mon profil Google+

Nombre d'entrées : 101

Commentaires (7)

  • Valérie

    Suite à une modification concernant la délivrance des visas touristiques pour les ressortissants français, l’Ambassade de France vous prie de trouver ci-après un rappel sur les démarches vis-à-vis des services de l’immigration indonésienne.
    Un visa d’entrée n’est plus exigé pour les touristes français et d’un certain nombre d’autres nationalités à compter du 10 juin 2015 pour un séjour maximal de 30 jours.
    Par contre, ce permis de résidence tacite de 30 jours ne peut être étendu ou converti dans une autre forme de permis de résidence. Cette possibilité d’entrée sur le territoire indonésien est limitée cependant à certains points d’entrée et à condition d’avoirau moins une page libre dans le passeport.
    == Cette facilité n’est pas offerte aux détenteurs de passeports d’urgence, qui doivent obligatoirement obtenir un visa avant leur arrivée dans le pays ==
    Points d’entrée permettant l’accès au territoire indonésien sans visa
    · Aéroports internationaux : aéroport Soekarno-Hatta de Jakarta, aéroport Ngurah Rai de Bali, aéroport Kualanamu de Medan, aéroport Juanda de Surabaya, aéroport Hang Nadim de Batam.
    · Ports internationaux : port de Sri Bintanura à Tanjung Pinang, port de Batam center à Batam, port de Sepkupang à Batam et port de Tanjung Uban
    Pour les autres points d’entrée suivants, les touristes devront continuer à prendre un visa à l’arrivée (35 US$).
    · Aéroports : aéroport Halim Perdana Kusuma de Jakarta, aéroport Polonia de Medan, aéroport Sam Ratulangi de Manado, aéroport Tabing de Padang, aéroport Adisucipto de Yogyakarta, aéroport Adisumarno de Surakarta, aéroport Selaparang de Mataram, aéroport Sepinggan de Balikpapan, aéroport Hasanuddin de Makassar et aéroport Eltari de Kupang.
    · Ports : port Belawan de Medan, port Tanjung Priok de Jakarta, port Tanjung Perak de Surabaya, port Benoa de Bali, port Sibolga (nord Sumatra), port Jayapura (Papouasie), port Teluk Bayur de Padang, port Bitung, port Tanjung Balaikarimum, port Tanjung Mas de Semarang, Port Tenau de Kupang, port Pare-Pare et port Soekarno-Hatta de Makassar.
    Le coût de ce visa à l’arrivée en Indonésie s’élève à 35 USD pour un visa de 30 jours et il est renouvelable une fois, à condition d’avoir au moins une page libre dans le passeport. Il est recommandé d’avoir l’appoint avec soi (en USD) pour éviter un taux de change défavorable ou que la monnaie ne vous soit pas rendue.
    Les touristes qui souhaitent rester plus de 30 jours en Indonésie sans à avoir à ressortir du pays peuvent demander un visa à l’arrivée même aux points d’entrée sans visa. Il est rappelé que les autorités indonésiennes exigent que la date d’expiration du passeport soit supérieure de 6 mois à compter de la date d’entrée en Indonésie, au risque, dans le cas contraire, de se voir refouler aux frontières. Les voyageurs devront également veiller à ce que leur passeport contienne suffisamment de pages vierges pour l’apposition du visa.
    Tout étranger demeurant en Indonésie après l’expiration de son visa est passible d’une amende de 300 000 rupiahs (environ 30 USD) par jour (’’overstay’’) pendant les 60 premiers jours de dépassement de visa. Au-delà de ces 60 jours, l’amende maximale est de 500 millions de rupiahs (environ 52 590 USD). Les services de l’immigration sont très vigilants, notamment dans les aéroports au moment de l’embarquement, et cette mesure ne connaît pas d’exception. Un étranger en situation de dépassement de séjour ne sera pas autorisé à quitter le pays s’il n’a pas acquitté le montant de l’amende et pourra même encourir une peine d’emprisonnement s’il n’est pas en mesure de régulariser rapidement sa situation.
    S’agissant de la Papouasie (où les voyages restent déconseillés sauf raison impérative), une autorisation doit être sollicitée auprès du ministère indonésien des affaires étrangères à Jakarta. Ces autorisations sont délivrées au cas par cas, en fonction de la nature du voyage.
    Hébergement des étrangers
    La loi indonésienne fait obligation aux personnes qui hébergent des étrangers de le signaler dans les 24 heures à la police locale ou au chef de quartier (RT), sous peine d’amende ou d’emprisonnement. Il convient donc de se mettre en conformité avec la loi lorsqu’un représentant de la police ou un chef de quartier se manifeste sur votre lieu de séjour (maison louée), en déclinant votre identité et en leur fournissant une photocopie de votre passeport et de votre visa. En cas de non-conformité à cette loi, et dans certains cas, des policiers ou des chefs de quartier prétendent imposer sur le champ le payement d’une amende de plusieurs millions de rupiahs (plusieurs centaines d’euros). Tout paiement doit faire l’objet d’un reçu écrit, au poste de police, mentionnant le nom des officiers de police qui ont perçu les sommes versées.
    Cordialement
    L’équipe consulaire
    Ambassade de France à Jakarta, Indonésie
    +62 21 23 55 76 00
    Bagian konsuler
    Kedutaan Besar Perancis

    Répondre
  • Baroiller

    Merci pour tous les renseignements ci dessus mais j’ai un visa longue durée ( 5ans ) et je voudrais savoir les démarches à faire au bout d’un an
    Merci

    Répondre
  • Jolis

    Bonjour
    Je suis console honoraire de France à Nosy Be Madagascar
    Des compatriotes vivant à Madagascar souhaitent que leur fille rentre en seconde au Lycée français de Bali
    Des amis se proposent comme famille d’accueil et le Lycée accepterait la demande d’inscription
    Toutefois nous ne trouvons pas la liste des documents nécessaires (dans ce cas de figure) pour la demande de visa social (il en existe plusieurs) qui devra ensuite être transformé sur place en visa étudiant (?)
    Il s’agit bien d’une étudiante lycéenne et non universitaire qui demande un visa d’une année scolaire entière et non un stage ou un enseignement de 6 mois
    Pouvez vous nous renseigner ?
    En vous remerciant d’avance
    D. Jolis

    Répondre
    • les1001vies

      Bonjour, comme nous l’avons indiqué dans quelques commentaires nous n’habitons plus à Bali depuis plus d’un an. Vous avez pu lire que les règles en matière de visa ont changé depuis notre départ. Nous ne pouvons que vous conseiller de vous rapprocher des autorités compétentes comme l’ambassade d’Indonésie à Paris que vous pouvez joindre par mail. Le lycée sur place ou le consulat à Bali pourrons sans doute également vous renseigner. L’administration de l’immigration du pays met également des informations en ligne. Enfin dernière piste : le forum de Expat.com sur Bali. Désolé de ne pouvoir vous renseigner plus. Bonne fin de semaine à Madagascar!

      Répondre
  • les1001vies

    Je diffuse une mise à jour des conditions de visas au travers de l’excellent travail d’Alain Borel sur le sujet. Alain est expatrié à Bali.

    TRAVAILLER EN INDONESIE* : VISA ET PERMIS DE TRAVAIL… CE QUE CA COUTE !

    ALAIN BOTREL·SAMEDI 3 DÉCEMBRE 2016
    *en général et à Bali en particulier : parce que dans la plupart des cas l`expatriation est envisagée à Bali et non ailleurs en Indonésie et parce que je suis personnellement expat à Bali et que je connais bien.
    Information complète et concrète sur le sujet pour bien comprendre que l`expatriation est avant tout une question d`argent… Ceci ne s`adresse à personne en particulier. Ce n`est pas une discussion. Si vous y trouvez des informations intéressantes pour vous, tant mieux, heureux de vous être utile. Sinon, essayez de les trouver ailleurs… Pour n`agresser personne et ménager tout le monde, je ne vais pas dire qu`il n`y a pas de travail pour les étrangers en Indonésie mais qu`il y a très peu (mais vraiment très peu) de chances de trouver du travail en Indonésie pour les étrangers. C`est plus doux a entendre…
    A ceux qui ne voudraient pas le croire, je recommande de se renseigner sur les forums (le sujet est récurrent) et sur internet d`une façon plus générale (« Bali Francophones informations administratives » est particulièrement sérieux, fiable et complet) :

    1. Sur la législation : comme partout en Asie, préférence locale et protectionnisme. La loi indonésienne interdit tout simplement l`embauche d`étrangers si des compétences locales existent. 19 professions sont interdites aux étrangers, notamment dans le domaine médical.

    2. Sur les conditions pour pouvoir travailler : visa long séjour (KITAS) et permis de travail (IMTA), les procédures et les couts. Vous allez vite comprendre. Attention au travail illégal : les risques sont énormes. Oubliez le « logement contre travail », c`est considéré comme du travail illégal.
    3. Sur les salaires : le salaire moyen pour des emplois non qualifiés tourne autour de 50/70 euros/mois. Pourquoi des patrons indonésiens embaucheraient-ils des étrangers gourmands ?

    L`Indonésie est un pays pour le tourisme, l`expatriation des retraitées, des rentiers, et des investisseurs, pas pour le travail. Le travail c`est pour les indonésiens et exceptionnellement pour quelques surdoués particulièrement brillants. C`est plus facile de dépenser son argent en Indonésie et à Bali en particulier que d`essayer d`en gagner. Bali n`est certainement pas la solution aux fins de mois difficiles.

    Pour ceux qui s`obstineraient tout de même à vouloir tenter leur chance, j`écris ce qui suit. Je préviens tout de suite : beaucoup vont être déçus… mais ils seront prévenus. Vous n`allez peut-être pas lire ce que vous voulez entendre. Je ne vais sans doute pas vous caresser dans le sens du poil. Je ne veux pas être votre briseur de rêve. Je veux seulement vous dire la vérité. Mais certains diront que je suis négatif. Non : réaliste et pragmatique. Méfiez-vous des optimistes : ils ont certainement quelque chose à vous vendre. Ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied et vont plutôt vous encourager que vous dissuader…

    Je ne parle pas ici des visas ponctuels touristriques, business, ou humanitaires mais uniquement des visas qui permettent de vivre en Indonésie et je cite pour mémoire quelques cas particuliers :
    1. Les retraités (55 ans) : visa KITAS (5 fois un an), pas de travail, pas de gain d`argent en Indonésie, besoin d`un agent sponsor. Cout : 9 500 000 Rp/an (+/-) soit 650 €.

    2. Les retraite(e)s marie(e)s a un(e) indonésien(ne) : visa KITAS (5 fois un an), pas de travail, pas de gain d`argent en Indonésie, pas besoin d`agent sponsor (c`est le conjoint). Cout : 1 850 000 Rp/an (tarif de l`Administration) soit 125 € (seulement).

    3. Les mariés non retraités : idem pour le KITAS (5 fois un an), mais autorisation nécessaire pour travailler (IMTA : voir plus loin).
    4. Les rentiers : pas un statut reconnu, pas de visa long séjour, succession de visas touristiques ou Sosial Kultur avec sorties du pays, besoin d`un agent sponsor, formule couteuse, situation inconfortable

    5. Les rentiers investisseurs : tout est possible (KITAS, IMTA), accepter de s`associer avec un indonésien, question de moyens, de capacité et d`envie.

    Votre cas : vous voulez vivre et travailler en Indonésie mais vous n`entrez dans aucune des catégories ci-dessus. Comment faire ?
    1. Vous pouvez dépenser sans compter : tant mieux, vous n`avez pas besoin de moi.

    2. Vous recherchez les bons plans, comme c`est en général le cas. Ce qui suit peut vous aider.

    Venez d`abord découvrir Bali si vous ne connaissez pas. Si vous connaissez déjà Bali en tant que touriste, je serais tenté de dire « oubliez l`ile des Dieux » et faites pareil. Prenez en France un visa touristique de 60 jours a l`Ambassade d`Indonésie a Paris ou au Consulat General a Marseille (ou à Nouméa) : 50 euros.

    Vous pouvez aussi prendre un visa à l`arrivée à l`aéroport gratuit pour 30 jours mais il ne pourra pas être prolongé et vous devrez sortir du pays ou payant pour 30 jours qui pourra être prolongé mais vous perdrez beaucoup de temps dans les services de l`Immigration. Prenez deux billets d`avion pour l`aller : un billet Paris-Kuala Lumpur (éventuellement Singapour) + un billet Kuala Lumpur-Bali., moins cher qu`un billet Paris-Bali : 50 + 50 = 400 au lieu de + 500 €. Il y a encore moins cher (moins de 300 € pour Paris-KL) avec des compagnies comme Saudi Arabian, Turkish, Pegasus, IranAir que je ne recommande pas ou des vols de 35 heures avec des escales interminables qui coutent aussi : à vous de voir.

    Ne prenez pas un billet de retour mais un billet de sortie, pour KL ou Singapour ou ailleurs si vous voulez en profiter pour visiter un autre pays. Le mieux est un billet Bali-Singapour qui pourra vous servir plus tard : 50 euros.

    Pendant ces 60 jours, vous pourrez approfondir votre connaisssance de Bali, moins avec des yeux de touriste mais en ouvrant davantage les yeux sur les realites de l`expatriation et du marché de l`emploi.

    Cout de ce séjour : 2 000 euros.
    (logement en guesthouse, nourriture dans les warungs 25 €/j x 60 = 1 500 + location scooter 4 €/j x 60 = 240 + divers faux-frais = 260 €).

    Vous pouvez économiser sur le logement dans un kos miteux (hygiène, sécurité ?).
    Si durant ce séjour vous trouvez du travail, c`est parfait et vous pouvez directement vous rendre à la case KITAS ci-après. Mais comme il y a très peu de chances qu`il en soit ainsi vous devez choisir entre :
    1. Arrêter les frais et rentrer en France avec un billet d`avion complementaire a celui que vous avez deja. Vous avez dépense 3 000 € pour rien.

    2. Continuer à y croire et prolonger votre séjour.
    Vous devez vous prononcer au moins quinze jours avant l`expiration de votre visa en cours pour engager les procédures pour un visa d`un autre type : le Sosial Kultur ou Sosial Budaya (index 211) de 60 jours obtenu à l`extérieur de l`Indonésie + 4 extensions de 30 jours en Indonésie, soit au total 180 jours. Théoriquement, vous pouvez obtenir un visa Sosial Budaya à l`Ambassade d`Indonésie a Paris. Mais d`après les témoignages que l`on trouve sur internet, ça ressemble a mission impossible ! Pour obtenir ce visa vous avez besoin d`un agent sponsor en Indonésie. Il vous explique (plus ou moins bien) la procédure et vous remet une lettre de sponsor. Vous devez l`accompagner dans les démarches auprès des services de l`Immigration. Vous devez aussi sortir du pays. Vous vous servez du billet d`avion déjà en votre possession. Vous vous envolez pour Singapour un dimanche soir (de préférence). Le lundi matin vous déposez votre demande de visa Sosial Budaya a l`Ambassade d`Indonésie. Vous récupérez passeport et visa le mercredi après-midi et vous rentrez à Bali.

    Votre budget devra prévoir : cout du séjour à Singapour (logement en dortoir backpaker repas dans les food courts 25 €/j x 3 = 75 + taxis 25 + divers faux-frais 50 : 150 euros.
    Visa pour 60 jours délivre a Singapour : 50 euros.
    billet d`avion retour Singapour-Bali : 50 euros.
    180 jours en Indonésie en vivant chichement (33€/j) : 6 000 euros.
    renouvellements du visa en Indonésie (4 x 25 €) : 100 euros.
    remunération de l`agent sponsor (variable) : 100 euros.
    billet d`avion de sortie du pays pour le dernier renouvellement (Bali-Singapour) : 50 euros. Vous pouvez aussi prendre un billet de ferry Batam-Singapour moins cher mais qui sera certainement perdu).
    Et puis, si vous n`avez pas trouvé de travail, billet d`avion pour rentrer en France (à moins que vous vous obstiniez et vouliez tenter un second Budaya) : 350 euros.
    Vous en êtes a 10 750 € mais, comme il faut toujours prévoir une mage de sécurité, plutôt à 12 000 €.

    Espérons pour vous que vous avez trouvé un travail. Si c`est le cas, il vous faut maintenant un visa long séjour et un permis de travail et les dépenses ne sont pas finies (sauf bien sur si vous êtes le génie que tout Bali attend, auquel cas les employeurs se battront pour payer tout ça : c`est pas de l`agressivité mais de l`humour, je précise…).
    visa long séjour = KITAS un an renouvelable quatre fois : 9 500 000 Rp par an 650 euros (à négocier, « l`open price » est peut-être a 1 000 €).
    Permis de travail = IMTA pour 6 mois (12 mois pour les managers), pas d`extension, nouveau dossier (lourd) à chaque fois : 95 €/mois, soit pour 6 mois : 570 euros.
    Donc, pour pouvoir travailler en Indonésie il faut avoir devant soi plus de 13 000 €. Il n`y a pas d`autre bonne façon de procéder. Sinon : pas de travail = pas de KITAS et pas de KITAS = pas de travail. Et tout ça pour quel résultat, pour quel salaire ? Pas génial le retour sur investissement.
    Et ça, c`est pour une personne seule. On ne parle pas des visas et éventuelles IMTA d`un conjoint, des visas pour les enfants et de leur scolarité (7 000 €/an/enfant). Et puis, si on se contente d`une guesthouse « cheap » le temps de s`installer, ensuite on va chercher un logement plus confortable. Il va certainement falloir payer le loyer a l`année. Déjà une belle somme à Gianyar, une fortune a Kerobokan ou Canggu si on doit scolariser des enfants.
    Mais vos rêves n`appartiennent qu`a vous…
    Dernière chose : essayez de savoir pourquoi des personnes renoncent à l`expatriation après quelques mois ou plusieurs années. Posez la question sur ce site ou Facebook par exemple.
    Voilà !

    Répondre
  • Baroiller

    Merci pour tous ces renseignements
    J’ai une kitas que j’ai renouvelle une fois , cela fait 7ans que j’y viens , mon fils y travaille depuis 10 ans , il est Marie à une indonésienne , et je crois bien que je m’y rendrais 6 mois tous les ans , ne serais ce que pour voire ma petite fille .
    Merci tout de même pour tout ces renseignements .
    Cordialement
    Mr Baroiller

    Répondre

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Translate »
Retour en haut de la page