Création d’une Maison d’Hôtes végane : l’exemple de Florence Reviewed by les1001vies on . [caption id="attachment_36828" align="aligncenter" width="600"] Création d'une Maison d'Hôtes végane : l'exemple de Florence[/caption] Cet article fait suite à [caption id="attachment_36828" align="aligncenter" width="600"] Création d'une Maison d'Hôtes végane : l'exemple de Florence[/caption] Cet article fait suite à Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Accueil » Création d’une Maison d’Hôtes végane : l’exemple de Florence

Création d’une Maison d’Hôtes végane : l’exemple de Florence

ouverture d'une maison d'hôtes

Création d’une Maison d’Hôtes végane : l’exemple de Florence

Cet article fait suite à l’interview de Florence : « En Corse Chocolat & Turquoise, Maison d’Hôtes vegan à côté de Bastia » publié le 29 mai 2019.

Quels conseils donnerais-tu pour ouvrir une Maison d’Hôtes ?

Pour démarrer, on peut le faire avec des bases indispensables (il n’y a qu’à regarder les offres, certaines chambres sont simples et les prestations sont d’un niveau basique). Le principal pour moi est de toujours se remettre en cause et d’apporter sans cesse des améliorations. Jusqu’à l’année dernière, je n’avais que les avis des visiteurs dans mon livre d’or. Ils étaient encourageants, mais je savais ce qui était positif ou pas (organisation, circulation dans la maison, zones privées…). Lorsque je gérais seule les chambres d’hôtes (pendant 3 saisons), cela ne me dérangeait pas de partager des espaces. Je m’adaptais et me faisais toute petite. Je laissais ma salle de bains et m’en servais quand les clients étaient partis.

petit déjeuner en vacances

C’est aussi une activité qu’on doit faire avec son cœur, pas avec son porte-monnaie. En tous cas, cette activité est une vraie révélation pour moi, car elle est majoritairement positive et chaque être humain est un trésor à découvrir, il y a toujours du bon dans chacun de nous. Et nous avons fait de merveilleuses rencontres. Et quand les clients sont végans, on a forcément déjà des points communs (tous mes clients ne sont pas forcément végans).

Quel support locatif utilises-tu ?

J’ai bien travaillé avec le site Bed & Breakfast, qui m’apportait la grande majorité des clients. Mais Bed & Breakfast a été racheté par Booking, avec qui je ne veux pas travailler. J’ai réfléchi pour trouver un site sérieux qui pourrait m’apporter un plus et une visibilité de qualité. Et le jour même, dans la boîte aux lettres, j’avais un flyer des Gîtes de France. Je pensais qu’ils ne s’occupaient que de gîtes, donc je ne me sentais pas concernée. Et là, j’ai dit « c’est pour moi » ! ».

louer sa maison d'hôtes en Corse

Ils sont venus visiter la maison et m’ont remis la pêche, car j’attendais plus de critiques. Je ne pensais pas que j’avais déjà la plupart des conditions requises pour figurer dans leur catalogue. Quelques détails à régler et hop ! J’ai fait partie de leurs adresses. J’étais tellement fière. De plus, ils m’ont donné des conseils notamment juridiques.

Et côté administratif justement ?

J’ai opté pour une non-inscription à la chambre de commerce. On peut très bien « exercer », c’est à dire louer des chambres, tel AIRBNB, de façon non professionnelle. Si on loue professionnellement, on doit être inscrit au RSI, ce qui ne présente pas que des avantages, loin s’en faut. En non professionnel, on a le droit jusqu’à 5 chambres, et on peut déclarer le chiffre d’affaires sur sa déclaration de revenus normale. Il y a une ligne pour cela.

déclaration d'activité CERFA 11921 04

Même si on s’affilie aux Gîtes de France, on n’est pas obligé d’exercer professionnellement, mais c’est un gage de qualité et ça apporte plus de clients, une bonne visibilité et surtout de bons conseils, qu’ils soient pratiques ou juridiques.

Est-ce qu’il est possible « d’en vivre » ?

Mon activité de chambres d’hôtes, même en Corse, qui est une région touristique, ne me permet pas d’en vivre décemment. Je dégage environ un bénéfice de 10 000 euros/an. Il faut bien faire la différence entre le chiffre d’affaires et les charges qui découlent de l’activité (électricité – lumière, machines à laver, cuisine, eau chaude… -, matières premières du petit déjeuner, et si table d’hôtes, les ingrédients des repas…). Il faut savoir que l’amplitude du travail est énorme. On peut commencer sa journée vers 6h et la terminer vers minuit.

Création d'une Maison d'Hôtes végane : l'exemple de Florence. Terrasse Florence Maison d'Hôtes en Corse

Dans la journée, il faut ranger, laver, nettoyer, afin que tout soit impeccable. Les gens viennent régulièrement dans notre partie privative (pour un renseignement, pour avoir un lien humain…) et donc tu ne peux pas avoir ta maison en bazar, car même si ça ne concerne pas leur partie, ils n’apprécient pas le désordre ni la saleté. Les extérieurs aussi doivent être au mieux, un joli jardin, une herbe pas trop haute… donc tu passes beaucoup de temps à entretenir, embellir ta maison. Et l’hiver, dès la fin de la saison, après nos vacances (nous partons en novembre), il faut faire les travaux d’amélioration, de réfection et d’entretien. Et ensuite revient le printemps et l’arrivée des nouveaux clients. Chez nous, ça peut même commencer en février.

Création d'une Maison d'Hôtes végane : l'exemple de Florence. Dégustation végane en Maison d'Hôtes Corse

Il faut aussi prévoir un endroit pour les jours de mauvais temps. Au début, je n’avais pas de pièce commune pour les visiteurs, soit ils mangeaient dans notre salle à manger privée, soit sur une des terrasses extérieures par beau temps. Maintenant j’ai fait fermé ma terrasse par des bâches modulables, et mis un chauffage d’appoint au gaz (style terrasses des restaurants) et par tous les temps, les gens ont un bel espace dédié pour leurs temps morts.

Que dirais-tu à quelqu’un qui veut exercer cette activité ?

C’est un gros investissement en temps et en argent (ballon d’eau chaude à la mesure des consommations, literies adaptées, linge de lit et de toilette…, remise au goût du jour ou au moins dans un état acceptable de chaque pièce…).

chambre d'hôtes chocolat turquoise

Il faut aussi être très disponible, sans être esclave. Donc il faut fixer ses limites et des règles de la maison. Il faut pouvoir supporter des personnes pas toujours à notre goût. Par exemple, en tant que végane, j’ai régulièrement à faire avec des chasseurs. Là, récemment, j’avais des personnes qui travaillaient à l’insémination artificielle des porcs et dans l’équarrissage animal. Je reste polie. Si on me demande mon avis, je le donne, mais sans passion. Il faut avoir beaucoup d’ouverture et de tolérance. Savoir aussi préserver sa partie privative, bien la délimiter et adapter sa maison en fonction. Bien penser à la circulation des clients, que ce soit dans le jardin ou dans la maison etc.

Création d'une Maison d'Hôtes végane : l'exemple de Florence. Paysage Corse Chocolat & Turquoise

Mais il y a un bénéfice énorme : mon travail est aussi une passion qui comble ma vie. J’ai l’impression de contribuer à un monde meilleur pour le Vivant et je rencontre des personnes qui sont dans cette même énergie. Je suis à la bonne place !

Merci d’avoir pris connaissance de cet article : « Création d’une Maison d’Hôtes végane : l’exemple de Florence ». Nous vous recommandons de lire les prochains sujets sur « Changer de vie »

Réagissez à cet article, postez un commentaire tout en bas de la page. 

 

(Visited 415 times, 1 visits today)

Poster un commentaire sur Facebook

Commentaires Facebook

A propos de l'auteur

Rejoignez-moi sur mon profil Google+

Nombre d'entrées : 131

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Translate »
Retour en haut de la page